RESTAU-MED : QUELLES SONT LES GRANDES OPERATIONS DE RESTAURATION ECOLOGIQUE SUR NOTRE LITTORAL? 

La mise en œuvre des politiques de gestion de l’espace littoral et marin s’appuie sur trois axes : la lutte contre la pollution, la non-dégradation des habitats côtiers (comme la destruction des herbiers de posidonie par les mouillages ou les aménagements littoraux) et la restauration écologique. La restauration écologique de la zone côtière méditerranéenne est une politique récente qui vise à accélérer le retour d’une espèce ou d’une fonction écologique dans un site dégradé où les sources de dégradation sont maitrisées ou ont disparu.

Le projet RESTAU-MED présente, à l’échelle de la façade méditerranéenne, la localisation des opérations pilotes qui visent à mettre au point des outils opérationnels (CREANURS, PARARESTOR, REPIC, RESCOR, REXCOR, REMORA, REPONSE, TRANSCOR), des opérations de restauration des fonctions , mais aussi des opérations d’envergure dont l’élaboration doit permettre une planification des actions correctives à une échelle spatiale importante (Récifs PRADO, SAR-LAB). Les rapports d’études et d’expertises sont annexés au projet. Ce projet sera disponible dès Juillet sur Medtrix

Pierre Boissery, Agence de l’eau RMC

logo-AERMC

Zoom sur REPIC, une opération pilote de restauration des herbiers à posidonie en France

REPIC est un programme de restauration des herbiers à posidonie impactés par les ancres en Méditerranée française. Ses objectifs à long terme sont d’améliorer les connaissances scientifiques sur la recolonisation de la posidonie, de protéger les herbiers des dommages physiques dus au mouillage et d’engager une dynamique de restauration sur des sites ateliers particulièrement impactés par cette pression. Ce programme ambitionne de replanter 1000 m² de posidonie d’ici à 2022, une première en France !

REPIC3-2020

Repiquage d’un faisceau avec une agrafe spécialement créée pour ce projet (© Laurent Ballesta)

La première opération expérimentale du projet REPIC s’est déroulée en Août 2019 à l’Est du Golfe Juan, sur la commune d’Antibes, dans une Zone Interdite aux Embarcations à Moteur. Huit plongeurs d’Andromède Océanologie ont replanté près de 17 000 faisceaux de posidonie pour restaurer 160 m² de cet habitat sous-marin protégé. Les transplants proviennent d’arrachages par les ancres de navires ; ils ont été collectés en plongée dans le golfe Juan, à proximité de la zone de replantation située entre 2 et 3 mètres de fond. La deuxième opération se déroulera en Août 2020. La méthode de transplantation ainsi que la survie et la croissance des plants feront l’objet d’un suivi scientifique jusque 2024.

A gauche : Balisage des quadrats permanents contenant les faisceaux repiqués ;  à droite :  numérotation d’un faisceau au sein d’un quadrat permanent (à droite) (© Laurent Ballesta)

Le programme REPIC est financé par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, l’institut ESTHEDERM et Andromède Océanologie (participation à la compensation carbone des expéditions Gombessa, portées par Laurent Ballesta).

Gwenaëlle Delaruelle, Andromède Océanologie

logo-ESTHERDERM
logo-AERMC
logo-ANDROMEDE