REPIC

REPIC : UN PROGRAMME EXPERIMENTAL DE RESTAURATION DES HERBIERS DE POSIDONIE !

Le programme REPIC (REstaurer la Posidonie Impactée par les anCres) a été initié en 2019 par Andromède Océanologie en partenariat avec l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et NAOS. Il permet de replanter des fragments d’herbier de posidonie sur des sites ateliers particulièrement impactés par le mouillage et, ainsi, d’engager une dynamique de restauration (renforcement des populations) de ces herbiers. REPIC utilise une technique de prélèvements sans impact sur les herbiers : la plantation de faisceaux flottants arrachés par les ancres durant la saison estivale (ou cassés de manière naturelle). Ces fragments présentent les avantages suivants : une grande disponibilité, un effort de collecte modéré, un impact nul sur les populations existantes. Ces fragments sont repiqués dans des zones de matte morte à l’aide d’agrafes biodégradables spécialement conçues pour le projet.

 

Le repiquage se fait à la main sur des zones prédéfinies après que les fragments aient été entourés d’une agrafe biodégradable. @Andromède Océanologie.

 

Depuis la mise en place du programme il y a trois ans, deux zones de restauration (Golfe Juan et Rade de Beaulieu sur Mer, entre 1,5 et 30 mètres de profondeur) ont été définies. Du fait des anciennes dégradations subies par l’herbier de posidonie et des nouvelles mesures de protection mises en place (réglementation du mouillage notamment), ces sites géographiques du programme REPIC constituent aujourd’hui des zones à restaurer propices pour tester de nouvelles méthodes de restauration de ces herbiers.

Chaque année, un suivi scientifique est réalisé sur les zones restaurées : suivi individuel de fragments dans des quadrats permanents, suivi visuel de l’ensemble des zones restaurées par photogrammétrie, suivi des réserves en carbohydrates des fragments et suivi de l’évolution de la température de la zone. L’effet site géographique est aussi testé par analyse de différentes conditions environnementales sur chaque site (salinité, courantologie, température de surface et concentration de surface en chlorophylle a).

 

 

Une zone en cours de restauration – Beaulieu sur Mer, 2022 (© Laurent Ballesta, Andromède Océanologie)

 

Entre 2019 et 2021, les plongeurs professionnels et biologistes marins ont repiqué, avec une forte densité, une surface continue d’environ 340 m² à partir de 14646 fragments portant 66045 faisceaux.

En 2022, avec l’appui de nouveaux partenaires qui sont la fondation de la mer et la fondation Artelia, 28 jours en mer sur deux missions ont été réalisées pour le programme REPIC entre juillet et septembre 2022. Ces missions ont permis de planter un total de 27000 faisceaux sur des nouvelles zones à restaurer puis d’en réaliser le suivi scientifique.

Le taux de réussite de l’opération REPIC est aujourd’hui estimé à 85 %. Avant la fin de l’année 2022, les données du suivi scientifique seront traitées et seront portées à connaissance sur la plateforme cartographique en ligne pour la surveillance des eaux côtières et des écosystèmes de Méditerranée MEDTRIX (http://plateforme.medtrix) dans le projet RESTAU-MED qui présente des projets de restauration écologique. Pour plus d’informations sur ce réseau vous pouvez consulter la page du projet RESTAU-MED.

 

illustration-repic3

Vue d’ensemble d’une zone en cours de restauration – Beaulieu sur Mer, 2022 (© Laurent Ballesta, Andromède Océanologie)

Contact : Gwenaëlle Delaruelle, gwenaelle.delaruelle@andromede-ocean.com

Porteurs du projet : Andromède Océanologie – www.andromede-ocean.com et l’Œil Andromède

Fréquence d’actualisation : Annuelle pour le projet.

Partenaires : NAOS, Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse, Fondation de la Mer, Fondation Artelia.

logo-NAOS-partenaires
nouveau-logo-AERMC-partenaires