EXPEDITIONS SCIENTIFIQUES

projet expeditions
© Andromède Océanologie

PRESENTATION DES RESULTATS DES DIFFERENTES EXPEDITIONS

-GOMBESSA 5-

En Juillet 2019, l’équipe Gombessa a réalisé une première mondiale en alliant la plongée autonome en recycleur à la plongée à saturation initialement dédiée à l’exploitation offshore. Les quatre plongeurs de la mission «Gombessa 5: Planète Méditerranée» ont ainsi vécu, confinés, dans une station bathyale pressurisée pour sillonner la côte méditerranéenne entre Marseille et Monaco et initier une démarche novatrice d’évaluation de la biodiversité et de l’état des eaux de la zone crépusculaire.

La mission itinérante « Gombessa 5 : Planète Méditerranée » regroupe les trois valeurs propres aux expéditions Gombessa : un défi de plongée à relever, un mystère scientifique à résoudre et une promesse d’images à rapporter.

Les plongeurs ont cohabité durant 28 jours dans un module de 5 m² pressurisé jusqu’à 13 bars, soit l’équivalent de -120 m de fond.

 

Equipe de Gombessa 5, @Laurent Ballesta, Andromède Océanologie.


Scéma de la Station bathyale ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

 

À travers 31 plongées, ces derniers ont passé 75 heures chacun à étudier les écosystèmes entre -65 et -142 m de profondeur en réalisant des protocoles scientifiques transdisciplinaires établis avec 17 partenaires de divers organismes de recherche français et étrangers.

Les objectifs principaux de l’expédition sont les suivants:

1 – Cartographier les habitats rocheux profonds (récifs coralligènes, roches du large) grâce à des acquisitions bathymétriques afin de compléter la cartographie continue des biocénoses marines disponible sur DONIA Expert et localiser précisément les zones d’intérêt à explorer pour l’expédition.

2 – Réaliser une mission d’exploration sur l’état de la zone crépusculaire, axée sur sa qualité chimique et écologique.

Différents protocoles ont ainsi été mis en place afin de:

– Effectuer des profils de température

Inventorier et illustrer de nouvelles espèces jamais photographiées de leur vivant ou dans le milieu naturel ;

Inventorier et illustrer les paysages sous-marins profonds et espèces de la zone mésophotique en vidéo et photos 2D ;- Illustrer les paysages sous-marins profonds en 3D par la méthode de photogrammétrie ;

Comprendre le rôle du coralligène dans la dynamique du changement climatique en évaluant les flux de gaz sur deux sites ;

– Comprendre le fonctionnement (abondance, connectivité) de populations d’espèces rares (laminaires et corail noir de Méditerranée) par des techniques de génétique des populations ;

– Inventorier la biodiversité (abondance, espèces de faune et flore) des zones profondes rocheuses, à coralligène et à fond meuble par acoustique, ADN environnemental, prélèvements de sédiment, vidéos et photos ;

– Définir le niveau de contamination chimique et organique de sédiments ;

– Caractériser la pollution par macrodéchets (bouteilles, sacs, …) et restes d’usages sur le fond ;

– Caractériser la pollution sonore profonde d’un site (anthropophonie) et comprendre les liens entre structure spatiale 3D de l’habitat coralligène, biodiversité, son d’origine biologique (biophonie) et activités humaines ;

– Etudier l’état nutritionnel et le microbiote associé de cinq espèces de gorgonaires profonds.

 

Station Bathyale @Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, Gombessa 5.

 

Ces différents protocoles peuvent être regroupés en sept catégories illustrées sur la figure suivante : physiologie des plongeurs, température/conductivité, chambres benthiques, biodiversité (Biologie,ADNe, génétique), images d’espèces et paysages, sédiments (chimie et macrofaune), 3D et son, macrodéchets.

Pour plus de détails sur les différents partenaires et protocoles scientifiques ainsi que sur les différentes expéditions scientifiques, nous vous donnons rendez-vous directement sur le site GOMBESSA Expéditions. Vous pouvez également consulter l’édition spéciale du cahier de la surveillance ICI.

Vous pouvez retrouver la bande officielle du long métrage ICI, directement sur la chaîne YouTube « Gombessa expéditions » ainsi que l‘ensemble des Vlogs.

Une chambre benthique opaque (à gauche) et une transparente (à droite) sont posées sur un massif coralligène pour y mesurer les échanges gazeux.©Laurent Ballesta – Andromède Océanologie

 

En cliquant sur le bouton “Accéder aux cartes“, l’utilisateur trouvera les différents sites explorés, il pourra alors accéder aux caractéristiques du site, visualiser les différents protocoles réalisés et télécharger les fiches résultats, à travers l’affichage d’une fenêtre POP-UP. Il aura également accès aux couches cartographiques présentant les différents protocoles réalisés.

Ce dernier peut également accéder, depuis le site Medtrix, au documentaire « Gombessa 5 – Planète Méditerranée : la mission scientifique » ou directement sur *VIMEO* (avec le code d’accès : medtrix). D’une durée de 26 minutes, il complète le film Planète Méditerranée (90 min) coproduit par ARTE / Andromède Océanologie /Les Gens Bien Productions, en apportant des informations sur la partie scientifique.

 

Contact : Gwenaëlle Delaruelle  –

Porteur du projet : Andromède Océanologie  – andromede-ocean , Expéditions Gombessa  –  https://gombessa-expeditions.com/

Source des données : Andromède Océanologie, Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse (+ partenaires scientifiques de l’expédition Gombessa 5)

Fréquence d’actualisation : Pas d’actualisation.

-Mission COVID, eREF-

Catamaran Zembra durant la mission de terrain de Avril-Mai 2020

En Avril 2020, une mission scientifique a été réalisée dans les eaux côtières de la Méditerranée française afin de référencer et d’étudier, grâce à des prélèvements d’ADN environnemental (ADNe) et à des mesures bioacoustiques, l’état de référence de la biodiversité en vertébrés et en invertébrés marins.

Ce printemps 2020 a en effet offert des conditions exceptionnelles en lien avec la pandémie du coronavirus et au premier confinement de la population. La fréquentation humaine du littoral était à un niveau minimum qui n’avait jamais eu d’équivalent à l’ère industrielle car les activités touristiques et sportives étaient interdites, même sur les plages, et l’activité de pêche, notamment artisanale, était fortement réduite.

Fréquentation humaine inexistante, durant le 1er confnement. @Andromède Océanologie

Pour mieux évaluer ces impacts nous avons besoin :

  1. De méthodes d’échantillonnage de la biodiversité qui soient non-invasives, standards, non-destructives, exhaustives (espèces rares ou furtives) et peu couteuses. La méthode de recherche de traces d’ADN dans l’environnement développée par la société SPYGEN est non invasive (prélèvement d’eau) et exhaustive (elle cible l’ensemble des espèces d’un groupe taxonomique donné) et permet d’améliorer le suivi d’espèces rares ou discrètes, et le suivi d’espèces cibles.
  2. D’indicateurs de l’état de pression ou de restauration du milieu échantillonné.
  3. De conditions, donc de valeurs de références pour ces indicateurs afin de connaître leur gamme de variation et de pouvoir fixer des objectifs de gestion à atteindre sur l’état du milieu.

 

Sites d’échantillonnage de la mission COVID (eREF), @Andromède Océanologie

Nous avons profité de cette situation sans précédent pour réunir des biologistes marins et universitaires avec les objectifs suivants:

  1. Recenser la diversité des vertébrés par ADN environnemental en réalisant un échantillonnage par filtration d’eau pour y explorer la biodiversité en vertébrés (poissons osseux et cartilagineux, et mammifères marins) en situation de confinement ou en début de période de déconfinement de la population humaine.
  2. Compléter la base de référence pour les vertébrés marins de Méditerranée sur la partie 12S du génome afin de mieux assigner les fragments d’ADN environnemental à des espèces.
  3. Recenser la diversité des invertébrés et des vertébrés par mesures acoustiques en posant des hydrophones afin d’évaluer la Biophonie (décrire le niveau de bruit ambiant) sur les mêmes stations de référence que l’ADN environnemental.
  4. Mettre au point, évaluer l’état de référence et tester des indicateurs de l’état de santé des masses d’eaux côtières.
  5. Rédiger un guide méthodologique pour les méthodes ADNe et le calcul des indicateurs.
  6. Corréler les indicateurs de la biodiversité marine par ADNe et par acoustique avec les autres données de surveillance (température, biolgoiques, pressions anthropiques, …).

 

Pompe ADN étanche accrochée au scooter d’un plongeur pour échantillonnage. @Andromède Océanologie.

 

Le projet eREF intégrera en 2022 la localisation de tous les sites d’étude et les résultats des indicateurs ADNe / acoustiques. Ces sites se répartissent le long d’un gradient d’impact humain, avec à la fois les sites anthropisés (ports), les Aires Marines Protégées (AMPs), les stations de référence issues des réseaux de surveillance existants, et la zone mésophotique.

Plus précisément, cette étude réalisée au printemps 2020 a permis d’échantillonner 84 sites d’ADN environnemental et 51 sites de mesures acoustiques :

– Six AMPs (réserves Banyuls, Carry le Rouet, Calanques, Porquerolles, Cap-Roux, Calvi) ;

– Deux sites localisés dans la zone mésophotique (Beach Rocks, Cap Lardier) ;

– 31 sites positionnés dans des herbiers de posidonie (stations de référence issues du réseau TEMPO) dont 22 sites pour l’acoustique et 25 pour l’ADNe ;

– 37 sites localisés dans des récifs de coralligènes (stations de référence issues du réseau RECOR) dont 28 sites pour l’acoustique et 31 pour l’ADNe ;

– Un site dans un port au niveau d’un biohut (RESPIRE) ;

– Un site sur un récif artificiel (REXCOR).

 

Herbier de posidonie, est ce que l’arrêt des activités humaines pendant le confnement a permis une augmentation de la vie sous-marine ? ©Laurent Ballesta, Andromède océanologie – Gombessa 5.

 

Les valeurs des indicateurs issus de l’analyse des données d’ADNe de l’année 2020 seront comparées à celles des années 2018 et 2019 pour lesquelles nous avons des suivis en ADNe sur ce littoral méditerranéen à la fois en AMPs et sur différentes profondeurs dans le cadre de l’expédition scientifique Gombessa 5.

Vous retrouverez bientôt en ligne sur la plateforme Medtrix tous les résultats de l’expédition  En attendant vous trouverez une série de 10 blogs vidéos (3 et/ou 4 minutes), portant sur les activités scientifiques de l’expédition. Vous les trouverez ICI.

Contact : Gwenaëlle Delaruelle  –

Porteurs du projet : Andromède Océanologie  – andromede-ocean , Expéditions Gombessa  –  https://gombessa-expeditions.com/

Source des données : Andromède Océanologie, L’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, le laboratoire SPYGEN, CHORUS, l’URM MARBEC ET l’Université de Montpellier.

Fréquence d’actualisation : Pas d’actualisation.

Partenaires :Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse, SPYGEN, CHORUS, Marbec, Université de Montpellier, Fondation Prince Albert II de Monaco, BLANCPAIN, Andromède Océanologie.

-GOMBESSA 6-

 

 

La 6ème expédition scientifique Gombessa portée par Andromède océanologie s’est déroulée du 1er au 20 juillet 2021. Comme pour «Gombessa 5 – Planète Méditerranée», l’association de la plongée autonome en recycleur et de la plongée à saturation a été utilisée par quatre plongeurs pour explorer la zone mésophotique. Entre -110 et -140 m, ils ont réalisé différents protocoles scientifiques pour percer un nouveau mystère : la présence de milliers d’anneaux de 30 m de diamètre, parfaitement circulaires..

Ces formations découvertes lors de campagnes menées de 2011 à 2014 (CapCoral, CoralCorse et MedAtolls) au Nord-Est du Cap Corse se composent d’un noyau central coralligène et d’une couronne de rhodolithes. Elles semblent uniques au monde en dehors de cette zone de 4 km² localisée dans le Parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate.

La barge et la tourelle immergée – ©Jordi Chias Gombessa Expéditions

 

L’intérêt majeur de ce secteur géographique nous a amené à organiser cette expédition sous la forme de deux missions distinctes :

1/ Une campagne d’acquisition océanographique menée durant le printemps 2021 afin de cartographier les anneaux de coralligène et les récifs coralligènes profonds.

2/ Une mission de plongée à saturation en Juillet 2021 pour étudier les anneaux, ainsi que pour acquérir des données sur les récifs coralligènes profonds et les grottes marines au Cap Corse.

Les développements expérimentés durant les expéditions Gombessa avaient ouvert un nouveau champ du possible pour l’exploration sous-marine.

Ces acquis ont ainsi été appliqués dans cette expédition multipartenaire avec comme objectif principal d’étudier plus précisément l’origine, la diversité et la distribution de ces anneaux en plein coeur du Parc. Acquisitions à l’aide d’outils océanographiques (sonar latéral, sondeur multifaisceaux), étude des courants, modélisation 3D, pose d’hydrophones, carottages, prélèvements d’espèces et d’eau ont été mis en place avec 35 scientifiques de divers organismes de recherche français et étrangers pour élucider l’origine, l’âge et la faune associée à ces anneaux.

 

Equipe de Gombessa V ©Laurent Ballesta, Andromède Océanologie, GOMBESSA 5

 

La Flotte. @jeremie eloy

 

La Flotte 1. @jeremie eloy

 

Le mystère des anneaux 2 – ©Laurent Ballesta Gombessa Expéditions

 

Captures sonar des anneaux de coralligène – ©Andromède Océanologie

 

 

 

Tous les résultats de l’expédition Gombessa 6 seront intégrés sur la plateforme Medtrix en 2022. En attendant nous vous invitons à revivre la vie de l’expédition sur Facebook Andromède océanologie et la chaine Youtube Gombessa…en attendant le documentaire prévu pour 2022 sur ARTE.

 

Contact : Julie Deter  –

Porteurs du projet : Andromède Océanologie  – andromede-ocean , Expéditions Gombessa  –  https://gombessa-expeditions.com/

Source des données : Andromède Océanologie, L’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse ( + tous les partenaires scientifiques de l’Expédition).

Fréquence d’actualisation : Pas d’actualisation.

Publications scientifiques associées

Les données de température acquises lors de la Mission Gombessa 5 (Juillet 2019) sont publiées et disponibles : Deter et al., 2020. Gombessa 5 cruise: CTD profiles in western Mediterranean, July 2019. SEANOE. https://doi.org/10.17882/71814

logo-exploration-monaco-partenaires
logo-fondation-monaco-partenaires
logo-blancpain-partenaires
logo-ANDROMEDE-partenaires
nouveau-logo-AERMC-partenaires