CARLIT

projet carlit
© Institut Méditerranéen d'Océanologie

ÉVALUATION DE LETAT ECOLOGIQUE DU LITTORAL ROCHEUX MEDITERRANEEN FRANÇAIS

Le réseau CARLIT est opéré par l’Institut Méditerranéen d’Océanologie avec le soutien de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse.

Dans le cadre du contrôle de surveillance DCE-Bassin Rhône côtier Méditerranée, la mise en œuvre du descripteur ‘Macroalgues’ a été faite depuis le printemps 2007 en utilisant la méthode CARLIT. Les communautés rocheuses des étages médio- et infralittoraux (frange supérieure de l’étage infralittoral souvent émergée), la géomorphologie et la nature de la roche ont été cartographiées à l’échelle 1/2 500ème. Un niveau de sensibilité écologique face aux perturbations sur une échelle de 1 (peu sensible) à 20 (très sensible) est attribué à chaque communauté. Les communautés ayant les niveaux de sensibilité les plus forts représentent les communautés climax de la zone littorale.

 

Par une analyse géo-référencée, un indice de qualité environnementale est calculé, et permet ainsi de déterminer, pour chaque masse d’eau, un statut écologique établi suivant les critères de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau. Les littoraux sédimentaires sont ignorés à l’exception des baies naturelles très fermées où les phanérogames peuvent être abondantes, ainsi que l’intérieur des ports et des marinas. Ces deux dernières zones étant trop perturbées, elles nécessitent l’utilisation d’autres indices comme par exemple l’analyse de l’eau. L’intégralité des côtes rocheuses françaises méditerranéennes a été cartographiée depuis 2007. Une deuxième vague d’évaluation a commencé depuis 2012.

 

La méthode CARLIT (CARtographie LITtorale) développée par Ballesteros et al., 2007, consiste à mesurer l’abondance et la distribution des communautés ou espèces de macroalgues dominantes présentes sur les substrats rocheux de l’étage médiolittoral et de l’horizon supérieur de l’étage infralittoral (0-50 cm de profondeur) en fonction de la géomorphologie de la côte (présence de falaise supérieure à 15 m de hauteur) et de la nature du substrat (naturel, artificiel, etc.). L’abondance des communautés est cartographiée à partir d’une petite embarcation longeant la côte au plus près du littoral et à 4-5 km/h. La méthode ne s’applique donc pas à des masses d’eau dont la côte est sableuse, où le descripteur macroalgues n’est pas pertinent. Par une analyse géoréférencée, un indice de qualité environnementale (EQR) est calculé, et permet ainsi de déterminer, pour chaque masse d’eau, un statut écologique (ES) établi suivant les critères de la Directive Cadre Européenne sur l’eau.

Contacts : Aurélie Blanfuné (aurelie.blanfune-thibaut@univ-amu.fr) etThierry Thibaut (thierry.thibaut@univ-amu.fr)

Porteur du projet : Institut Méditerranéen d’Océanologie   –   http://www.mio.univ-amu.fr

Fréquence d’actualisation : Tous les trois ans

Partenaire : Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse

Rapports d’études

Atlas-Carlit-2017-miniature

[2008 ] Rapport final   –  ATLAS

[2009]  Rapport final   –  ATLAS

[2010]   Rapport final   –  ATLAS

[2011]    Rapport final   –  ATLAS

[2014]   Rapport final   –  ATLAS

[2017]   Rapport final   –  ATLAS

Publications scientifiques associées

/

logo-MIO-partenaires
nouveau-logo-AERMC-partenaires
error: Content is protected !!