RECOR

projet recor
© Andromède Océanologie

SUIVI DES ASSEMBLAGES CORALLIGENES EN MEDITERRANEE FRANCAISE

Le réseau de surveillance RECOR, initié en 2010, concerne le suivi des assemblages coralligènes. Il est opéré par Andromède Océanologie avec le soutien de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse et l’OSU-OREME. Il s’étend sur l’ensemble de la façade méditerranéenne française bordée par les trois régions : Corse, région SUD, et Occitanie. Les objectifs de ce réseau sont de recueillir des données descriptives de l’état et du fonctionnement des assemblages coralligènes selon une méthodologie adaptée et standardisée et de suivre leur évolution dans le temps et dans l’espace. Ce réseau s’inscrit dans le cadre de l’article 8 de la directive européenne 2000/60/CE du 23 octobre 2000 puisqu’il complète l’état des eaux marines (également demandé par la directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM, 2008/56/CE)) et répond aussi aux obligations du programme de surveillance du Plan d’Action Pour le Milieu Marin de la sous-région Méditerranée occidentale.

 

Sur toute la façade méditerranéenne française, RECOR comprend 112 sites qui correspondent à 213 stations (une station = une profondeur) réparties entre 17 et 115 mètres de profondeur (chiffre en Mars 2021). Ce réseau s’étend également dans les eaux méditerranéennes étrangères comme en Sardaigne (Italie) ou à Monaco. Au total, le réseau comprend 242 stations (chiffre en Mars 2021). Chaque année, une région française est suivie à la fin du printemps (Mai-Juin) afin de couvrir l’ensemble de la façade tous les trois ans. Certains sites RECOR font également l’objet d’un suivi des peuplements ichtyologiques (réseau PISCIS), d’un suivi de la température de fond (réseau CALOR), d’écoute acoustique (réseau CALME) et de modélisation en 3D par photogrammétrie (réseau MODEL).

 

Le site de Coralligène “Agriates_Sud” au large du désert des Agriates en Corse (Laurent Ballesta ©, 2020).

 

Sur la base d’une synthèse bibliographique traitant du coralligène et d’une comparaison avec les études et les méthodologies menées en milieu corallien (plus de 70 publications internationales et rapports), nous prenons en compte trois types de descripteurs pour le suivi des communautés du coralligène : une description générale du site (facteurs abiotiques), les espèces visibles fixées et la démographie des espèces érigées. Une plaquette descriptive (Matériel et méthodes) de ce réseau de surveillance est disponible sur le site web.

 

A chaque station d’échantillonnage, 30 photographies de quadrats de 50 x 50 cm sont réalisées à l’aide d’un appareil Nikon D810 (capteur 24×36 mm, résolution 36,3 millions pixels) sur une même profondeur, le long d’un transect de 20 m (Deter et al., 2012b). Lors de l’analyse des photos, le logiciel CPCe répartit 64 points aléatoirement sur chaque quadrat. L’identification de la nature des espèces ou substrat sur lesquels sont disposés ces points permet de calculer les pourcentages de recouvrement par différents substrats et taxons (Deter et al., 2012b, 2012a).

 

Illustration de la méthode des photographies de quadrats (© Andromède océanologie).

 

 

Une centaine de variables quantitatives sont extraites de ces résultats : les pourcentages de recouvrement total par le non vivant (cavités, substrats (vase, sable, roche), débris biologiques, macrodéchets) et par le vivant, et les proportions relatives de différents taxons / catégories d’intérêt parmi le vivant. Au total, plus de 220 espèces peuvent être identifiées.

 

 

Quadrat photographique en cours d’analyse sous le logiciel CPCe avec positionnement aléatoire de 64 points (© Andromède océanologie).

 

Pour chaque station RECOR, toutes ces données sont synthétisées à travers : (1) les 30 quadrats photographiques ; (2) un tableau détaillant une quarantaine de variables issues de l’analyse de ces quadrats (pour chaque paramètre détaillé un curseur imagé replace la valeur observée dans le contexte régional (valeurs minimale, maximale et moyenne observées sur tous les sites échantillonnés); (3) Un diagramme de répartition des différents taxons parmi les organismes vivants (abondance relative). Sur chaque site nous estimons la densité, la structure en taille et l’état des espèces érigées (les gorgones) afin de surveiller l’état de santé des populations.

 

 

Vous pouvez accéder aux fiches complètes de suivi ‘Coralligène’ (analyse des quadrats photographiques) et ‘Gorgones’ (démographie des espèces érigées), ainsi que les informations générales sur les stations : nom de la station, illustration, profondeur, Coralligenous Assemblage Index (CAI ; Deter et al., 2012a), % de sédimentation, % de bioconstructeurs principaux, Indicateur de Perturbation, et modèle 3D, directement sur la plateforme en cliquant sur le bouton “Accéder aux cartes”, juste en-dessous. Vous y trouverez également un outils de comparaison, qui vous permettra de comparer une trentaine de paramètres issus des analyses des quadrats photographiques à partir du logiciel CPCe pour chaque station RECOR et ce à différentes échelles spatiales de comparaison (Méditerranée, Région, Masse d’eau côtière).

 

La démographie des espèces érigées (principalement des gorgones comme Paramuricea clavata) est réalisée sur chaque site RECOR : densité, structure en taille et état des espèces (nécrose) (Laurent Ballesta ©, 2020)

Contacts : Gwenaëlle Delaruelle / Julie Deter

Porteur du projet : Andromède Océanologie   –  andromede-ocean

Fréquence d’actualisation : Un suivi annuel par région (chaque région, Occitanie/PACA Ouest, PACA Est et Corse, est suivie tous les trois ans).

Partenaires : Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse et OSU-OREME

logo-oreme-partenaires
logo-ANDROMEDE-partenaires
nouveau-logo-AERMC-partenaires